Soignies, le 15 septembre 2010

 

Chers membres du Cercle Soignies-Echecs,

 

Je suis heureux d’apprendre que votre Assemblé Générale (AG) annuelle du 4 septembre 2010 s’est déroulée dans le calme … avec peu de membres hélas, et sous le contrôle renforcé du comité, sans aucune opposition ferme …

 

A cette occasion, je vous rappelle que le respect des statuts, de l’éthique, de la bonne gouvernance et de la tradition est le gage de réussite d’une association quelle qu’elle soit. C’est le principal rôle des membres d’honneur, président d’honneur et autres. On ne le répétera jamais assez. Il y va de la survie de l’association. Il ne faut pas chercher ailleurs les causes d’un déclin ou les difficultés à redresser la barre. 

 

A Soignies-Echecs, depuis deux ans, le comité a ainsi pris des décisions sans respecter le quorum de présences requis dans les statuts.

 

- Le 4 septembre 2010, pour remédier à cela, le comité a imposé, et non proposé, un comité de base de 5 membres avec un poste vacant de secrétaire, occupé temporairement (jusqu’à quand ?) par le président. De 11 membres à 8, de 8 à 5 : à quand le comité d’une seule personne ? Statutairement, cela semble correct. En bonne gouvernance, avec père et fils dans ce comité de 4  personnes, cela n’assure pas l’objectivité. Déjà, l’an passé, un membre de comité, n’aimant pas cette politique de copinage et de népotisme du comité, a aussitôt démissionné de son poste de responsable interclubs. Un autre joueur a osé simplement s’étonner d’une décision du directeur des tournois. Aussitôt, il a été insulté par le vice-président, père du directeur des tournois. Un comité d’appel, constitué par et avec le trésorier, n’a pris aucune décision après 6 semaines. Ce joueur  a courageusement tenté de vous signaler ces abus de toute sorte. Depuis lors, dégoûté, il a quitté le cercle comme plus de 50 % des autres membres. Inutile de rappeler que, le 1er novembre 2008, un vice-président, arbitre ce jour-là, s’était déjà fait insulter par le même futur vice-président en plein cercle. Ni le président ni le comité n’ont osé le sanctionner, ni même lui demander des excuses !

- Le 10 mai 2010, le comité a décidé de s’auto-exclure de la Ligue du Hainaut sans demander l’avis de tous ses membres,  non pas à cause de la soi-disant politique de copinage de ladite ligue, puisqu’au sein du bureau de la ligue, ils ont des amis, mais pour éviter des sanctions méritées, entre autres pour le non-respect des droits de la défense et des recours prévus par les règlements. Les vices de forme et les nombreuses  contradictions dans les décisions, ainsi que la bienveillance étonnante du Conseil d’Administration (CA) de la FEFB, lui ont évité plus qu’un blâme.

- les écarts de langage et les nombreuses actions de ce vice-président dans la cour de l’école n’auront pas comme effet d’améliorer les relations avec l’école, comme il l’avait pourtant solennellement promis le jour de son élection. Les contrevérités dans ses dossiers remarquables ne trompent que ceux qui veulent bien être trompés. Le bilan de ses activités est impressionnant : grâce à lui, en moins de deux ans, le comité a « découragé » un président (WD), deux vice-présidents (SP et WD), un directeur des tournois (LB), un responsable interclubs (GM), deux délégués à la jeunesse (JC et GM), un rédacteur et éditeur responsable de la revue (GM),  un arbitre (WD), … Enfin, le responsable matériel et bar (PL) n’a jamais été valablement remplacé.  

 

Et cela continue !

 

- Le fait remarquable que les membres du comité sont élus à l’unanimité est aussi une preuve indéniable du manque et de la pauvreté en candidats, et une conséquence du manque d’ouverture du comité.   

- Le vice-président vous demande de ne plus communiquer avec votre président d’honneur. De quel droit ? N’aurais-je plus le droit de vous écrire ? Le titre de président d’honneur est un titre décerné à vie pour services rendus. Le CA de la FEFB ne s’y est pas trompé : il n’a voulu prendre aucune décision à ce sujet. Le retrait de ce titre, qui n’était même pas à l’ordre du jour de l’AG du 5 septembre 2009, est une décision inique du comité, une décision prise par un comité sans le quorum de présences requis et imposée ensuite lors d’une AG houleuse. Houleuse ? La faute à qui ? Le « Willy, tu nous fais ch….» aurait dû valoir à son auteur une exclusion immédiate de l’AG. Le vote de mon exclusion lors de l’AGE du 6 mars 2010, sans débat et en mon absence,  a été imposé par mensonge, chantage et manipulations, pendant deux ans, à l’égard des membres de l’AGE. 

- Le Règlement d’Ordre Intérieur, appelé à juste titre « nouveau petit livre rouge » par une personne extérieure au cercle, était déjà une négation de la liberté d’expression et d’opinion. Les statuts le deviennent maintenant également. Personne ne semble avoir remarqué que le responsable interclubs, membre supplétif du comité, est également scrutateur, ce qui est encore contraire aux statuts. Ne vous en faites pas : le comité changera les statuts à la prochaine AG pour remédier à cette petite entorse. D’ailleurs, pourquoi faudrait-il une scrutation des comptes, puisque le comité fait et dit quand même ce qu’il veut, et vous devez dire « amen » à tout, par crainte de perdre votre cercle. 

 

Les anciens membres ne reviennent pas, les membres actuels quittent un à un, les nouveaux membres ne viennent qu’au compte-gouttes. Vous n’avez plus de délégué à la jeunesse actif. Un système de parrainage, cela marche s’il y a des parrains altruistes et …  des filleuls. 

 

Vous avez les dirigeants que vous méritez. Ironie ? Certains ne désirent pas changer le nom du cercle car ils veulent garder vivante l’ancienne image de leur cercle florissant … d’il y a deux ans.

 

Il est grand temps que votre comité mette fin à ses nombreux dysfonctionnements, et que vous me réintègriez comme président d’honneur, ce que le comité craint au plus haut point et veut empêcher à tout prix.

 

1)      Le comité m’a réclamé une dette, alors que, si les scrutateurs avaient fait leur travail, ces derniers auraient pu vous prouver que c’est le cercle qui me doit encore 9,42 EUR.

2)      Le comité a exigé la restitution des clefs du local. Ces clefs ont été remises à leur propriétaire puisqu’il n’y avait plus de membre du comité accessible.

3)      Le comité exige la restitution d’un site personnel www.soignies-echecs.be. Il n’a aucun titre de propriété ni sur l’espace web ni sur le nom du domaine. Ce site est mon initiative personnelle - en 1999 - et ma création intellectuelle, Alexis ne l’ayant que « relooké » en 2006.

4)      Le comité exige que j’arrête attaques, allusions, etc. sur mon site personnel. Je  ne liste que les dysfonctionnements du comité, des faits ! J’ai de la matière.

 

Sur base de ces quatre motifs, inventés de toutes pièces, le comité a réussi à vous persuader, au bout de deux ans de rumeurs à mon égard, de ne plus m’accepter comme membre du Cercle Soignies-Echecs et, sur base d’appréciations ( !),  le CA de la FEFB est revenu sur sa décision de février 2010.

 

Ce sont les dysfonctionnements continuels du comité qui nuisent à la réputation du Cercle Soignies-Echecs. La liste ne fait que s’allonger. A vous de décider que cela s’arrête.

 

Willy Deschuyteneer,

Membre depuis 1986,

Ex-président de 2001 à 2008,

Vice-président en 2008,

Président d’Honneur du Cercle Soignies-Echecs depuis 2009