La Nouvelle Gazette samedi 16 janvier 2010   

Soignies: Nouvelle reine pour le cercle d’échecs

publié le 13/01/2010 à 13h55

 m.pi.

m.pi.

Cela devient une tradition pour le Cercle de “ Soignies-Echecs ”. Il organise, en début d’année, un grand tournoi qu’il a, bien entendu, baptisé le Tournoi de la Fête des Rois. L’occasion de rencontrer la nouvelle reine du cercle, à savoir son vice-président.

Rédaction en ligne

Créé en 1976, le cercle sonégien est dirigé par un comité très compétent. Le président en est toujours le Brainois Dany Vanmuylder. Il est entouré du Secrétaire Guy Delvaux et du Trésorier Cédric Dupuis. Mais “ Soignies-Echecs ” a dorénavant un nouveau vice-président en la personne de Thierry Boon. Gros plan sur celui-ci.

>Depuis combien de temps jouez-vous aux échecs, M. Boon?

“ Depuis plus de 25 ans. En fait, j’ai commencé lors de mon service militaire. J’étais barman à la cantine des officiers. Et ainsi, lors des temps libres, on se permettait de s’installer dans les beaux fauteuils cossus de l’endroit et de jouer à ce jeu. ”

>À quel niveau vous situez-vous dans la hiérarchie des échecs?

“ Nous sommes évalués grâce à la cote “ ELO ”, créée aux Etats-Unis, laquelle attribue des points en fonction des adversaires. C’est un peu comme le classement “ ATP ” en tennis. Un grand champion tourne autour des 2.800 points. Moi, actuellement, j’en suis à 1.790. ”

>Avez-vous en tête un souvenir mémorable?

“ Par exemple, de la plus longue partie à laquelle j’ai pris part. Elle a duré... 6 heures et demi! On réfléchissait beaucoup entre les coups. Maintenant, des règles existent pour limiter le temps d’une partie. ”

>Que trouvez-vous d’attrayant aux échecs?

“ C’est un jeu avec des millions de possibilités. Cela demande beaucoup de concentration et de patience. On doit aussi avoir une très bonne gestion du temps et de l’espace. ”

>Et le Cercle Soignies-Echecs, comment va-t-il?

“ Bien. Nous avons une vingtaine de membres assidus. Et aussi de nombreux jeunes qui viennent découvrir le jeu et s’y passionner. Car nous avons l’avantage de pouvoir donner des cours à des débutants, un samedi sur deux. ”