Willyleaks

Voici le seul vrai historique du club « Soignies-Echecs », rebaptisé « l’Echiquier de la Haute Senne » le 22 octobre 2011, avec tout ce qu’on ne vous dit pas ailleurs, le site officiel du club ne reprenant pas les dysfonctionnements hégémoniques du comité de 2008 à 2012

Voici d’abord les grandes lignes de l’historique :

Le club « Soignies-Echecs » (matricule 518 de la Fédération Royale Belge des Echecs) a été fondé en 1976 par Jean Coppens () avec d'autres professeurs et étudiants sonégiens. Le nombre de membres, de 14 au début, a progressivement crû jusqu'à 60 membres en 1993 et oscille aux environs de 40 depuis une dizaine d'années, une vingtaine à l’heure actuelle …

Soignies-Echecs se veut un club convivial, où il est donc agréable de jouer aux échecs entre amis. Il attire des joueurs de toute la région. On y progresse facilement et rapidement puisqu'on peut y rencontrer des adversaires de tous les niveaux, des adversaires qui se font un plaisir de vous conseiller.

La présidence de Soignies-Echecs, le poste exigeant le plus d’éthique, a été confiée successivement à :

-         Michel Legrand (1976 - …),

-         Léon Laschet (… - …),

-         Emile Debaisieux (1983 - 1990),

-         Jean Coppens (1990 – septembre 1991),

-         Philippe Cogneau (septembre 1991 - …),

-         Patrick Sottieaux (… - 13 septembre 1997),

-         Henri-Jean André (13 septembre 1997 – 1er septembre 2001),

-         Patrick Sottieaux (1er septembre 2001 – 23 novembre 2001),

-         Willy Deschuyteneer (23 novembre 2001 - 13 septembre 2008),

-         Dany Vanmuylder (13 septembre 2008 – 4 septembre 2010) et

-         Guy Delvaux (4 septembre 2010 - …).

La direction des tournois, le poste exigeant une très grande disponibilité, a été confiée successivement à :

-         Marcel Sohet,

-         Jean Coppens,

-         Emile Debaisieux,

-         Yvan Van der Mergel,

-         Philippe Cogneau,

-         Roland Leemans,

-         Willy Deschuyteneer,

-         Louis Briffeuil,

-         Daniel Ruelens,

-         Vincent Chantry et Louis Briffeuil (8 décembre 2001 - …),

-         Louis Briffeuil et Alexis Boon (6 septembre 2005 - 11 octobre 2008),

-         Louis Briffeuil (11 octobre 2008 - 5 septembre 2009) et

-         Alexis Boon (5 septembre 2009 - …).

Soignies-Echecs a démarré ses activités au Club Saint-Vincent, rue Chanoine Scarmure, 15, puis a déménagé au Pavillon Communal, rue de la Pottée à Briques, 17. En 1992, lorsque l'administration communale a brutalement exigé un loyer, le club s'est replié quelques temps à la Maison des Jeunes du Grand Moulin à Neufvilles. Le 6 février 1993, Soignies-Echecs est revenu au 15, rue Chanoine Scarmure, 15, dans trois anciennes classes de l'Ecole Saint-Vincent, hélas au-dessus d'une salle de fête de plus en plus utilisée et bruyante. D’octobre 1997 à décembre 2011, c'est la Députation Permanente de la Province du Hainaut et la Direction du Lycée Technique et Commercial provincial, aujourd’hui Lycée Provincial des Sciences et des Technologies (LPST), qui accueillent le club dans ses magnifiques locaux rénovés au 59, rue de la Station, à 300 m de la gare de Soignies. En janvier 2012, le club se replie à l’Ecole communale « La Régence », Place Van Zeeland, 33. 

Allez voir les photos d'une journée à Soignies-Echecs.

Depuis 1997, malgré des conditions matérielles de jeu irréprochables et le dévouement d'un comité dynamique (- qui se réunissait efficacement tous les 3 mois -), les championnats internes étaient toujours "boudés" par les forts joueurs. Ces joueurs talentueux, qui assuraient, chaque saison, le maintien d'une équipe en division III des Interclubs Nationaux, seraient pourtant les bienvenus pour tirer vers le haut les jeunes joueurs. Sammy Place, élu vice-président lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 8 décembre 2001, était riche d’idées pour organiser des activités qui intéresseront les forts joueurs.

Depuis août 2000, le club accueillait en moyenne une nouvelle tête par mois, mais toutes ne mordaient pas ! Le comité, mis en place le 8 décembre 2001, sous la présidence de Willy Deschuyteneer, dissipait enfin le « malaise » qui s’était installé au sein du club ? « Un vent nouveau souffle sur le club qui a la volonté de faire table rase des événements regrettables du passé et de ne penser qu’à l’avenir», faisait déjà remarquer un membre lors de l’assemblée générale extraordinaire.

Fin 2002, le nombre de joueurs était remonté à un bon niveau : l’Open d’Eté 2002 connaissait une participation record de 20 à 26 joueurs par ronde ; le Championnat d’Automne 2002 regroupait 16 joueurs par ronde. La qualité était également au rendez-vous : le club avait quelques jeunes espoirs.

Fin 2003, le nombre de joueurs remontait en moyenne à 14 joueurs le samedi et fin 2004, à 18 joueurs.

Le 19 mars 2005, 25 joueurs disputaient la ronde 2 du championnat de printemps 2005. Les cours pour les jeunes et débutants, le samedi de 13 h 30 à 14 h, avaient un succès croissant. Le club comptait 11 joueurs de moins de 15 ans, dont les deux plus jeunes affiliés de Belgique, Alen Sayadjian (6 ans) et Arthur Meeus (6 ans 1/2).

Le 5 janvier 2008, de nouveaux statuts, rédigés par le secrétaire, étaient votés au cours d’une Assemblée Générale Extraordinaire, donnant plus de pouvoir au comité.

A l’assemblée générale du samedi 13 septembre 2008, le  club changeait de président. En effet, après 7 ans de présidence, Willy Deschuyteneer, fatigué de lutter contre les magouilles de deux joueurs, remettait son tablier. Tous les membres présents lui ont rendu hommage pour son travail et son dévouement. Le même jour, Dany Vanmuylder, seul candidat spontané, était élu président et officiellement délégué à la jeunesse. Le même jour, il devenait devenu également arbitre C ! Par précaution, l’AG nommait encore Willy Deschuyteneer vice-président pour assister le jeune président dans ses nouvelles fonctions. Hélas, Willy Deschuyteneer sera toujours empêché d’assister le jeune président.

A partir du 13 septembre 2008, le comité « fait ce qu’il veut », ne respectant ni les statuts ni l’éthique ni la bonne gouvernance ni la politesse ni la tradition.  A partir du 13 septembre 2008 également, le déclin du club se dessine à nouveau malgré les efforts de ce comité, au sein duquel règnera bientôt une « nouvelle reine des échecs à Soignies ».

Le 27 septembre 2008, la troisième ronde chaotique du championnat d’Automne conduit à la démission du directeur des tournois adjoint, coupable d’une faute grave à l’encontre du règlement du jeu d’échecs.

Le 27 octobre 2008, le très dévoué responsable matériel et bar Paul Laloux décède.

Le 1er novembre 2008, Willy Deschuyteneer se fait insulter par un joueur au nez du président qui n’a pas le cran de remettre à sa place ce joueur indélicat.

A l’assemblée générale extraordinaire du 29 novembre 2008, entachée d’irrégularités et d’entorses aux statuts, une dizaine d’affiliés sont réunis et Willy Deschuyteneer accepte d’être nommé président d’honneur jusqu’à l’AG, en contrepartie de la cessation temporaire de ses activités de vice-président jusqu’à l’AG, cela pour ramener le calme dans le club.

Le comité refusera ensuite que le président d’honneur participe aux réunions de comité, le trésorier gueulant et menaçant de démissionner. Le 20 décembre 2008 : 25% des membres, dégoûtés, ne se ré-affilient plus.

En mars 2009, avec la démission du responsable interclubs, qui n’est plus d’accord avec la politique du club, le comité se réduit à une peau de chagrin (4 membres) et les décisions, en l’absence du doyen, se prennent même à trois sans respecter le quorum de présences requis par les statuts. Le trésorier annonce un mali pour la saison 2008-2009. En août 2009, le triumvirat décide de se passer des services de Willy Deschuyteneer pour le site internet du club, refuse tout dialogue avec lui, le menace de suspension et même d’exclusion sous 4 faux prétextes inventés de toutes pièces.  

A l’AG du 5 septembre 2009, le triumvirat fait office d’animateur. L’AG n’est pas compétente pour le point “1. proposition d’exclusion d’un membre”, modifié en “1. proposition de suspension d’un membre”. Pas de problème, le triumvirat improvise une entourloupette pour by-passer les obstacles à sa seule volonté. Etc. etc. Les membres suivants sont élus. Au comité (mandat 2 ans): Vice-président illégitime (puisque le poste de vice-président n’était pas à renouveler) : Thierry Boon;  Trésorier : Cédric Dupuis; Directeur des tournois : Alexis Boon et Secrétaire : Guy Delvaux. En mandataires (1 an) : Webmaster : Christian Jorgensen; Bibliothécaire : Alexis Boon et  Scrutateurs : Christian Jorgensen et Claude Dupont. Encore un mali. Le comité se réunit aussitôt et, avec 5 membres hostiles à Willy Deschuyteneer, décide en son absence, sans débat, sans recours de le suspendre jusqu’au 31 décembre 2009.     

Le 5 décembre 2009, le comité (?), lors d’une réunion secrète à trois, ne souhaite pas la ré-affiliation de Willy Deschuyteneer. Le 12 décembre 2009, excédé par cet harcèlement, Willy Deschuyteneer porte plainte à la Ligue du Hainaut. Le contentieux entre le comité de Soignies-Echecs et Willy Deschuyteneer, de plus en plus lourd, sera l’objet de la réunion de la Commission des Réclamations de la Ligue du Hainaut le 6 février 2010.

Le déclin se poursuit. Le 1er janvier 2010, la liste des membres ne comporte plus que 25 affiliés, plus Sylvain Watelet comme joueur en second club. Plusieurs "monuments" du club n'y apparaissent plus : Sammy Place, Michel Vanderose, Louis Briffeuil, Willy Deschuyteneer, Gary Monnaux, ... 

Le 15 février 2010, les instances fédérales (Ligue du Hainaut - FEFB - FRBE) rapatrie Willy Deschuytener dans le Club Soignies-Echecs et confirme que le site www.soignies-echecs.be est bien SON site personnel, contrairement à ce que prétendait le comité depuis des mois. 

Le 27 février 2010, le président et le secrétaire refusent à Willy Deschuyteneer sa carte de membre et appellent sans raison les forces de l’ordre, leur déclarant « il n’a pas de carte de membre ».   

Le 6 mars 2010, le comité organise à la vite une AGE au cours de laquelle il ment par trois fois aux membres en affirmant avoir invité Willy Deschuyteneer. Il dupe également un des 3 observateurs de la Ligue du Hainaut et ainsi obtient un vote d’exclusion de Willy Deschuyteneer en son absence, sans débat, sans recours. Si les membres ne votaient pas l’exclusion, le comité menaçait de ne plus s’occuper de rien. Mensonge et chantage sont devenus deux des « outils » de gestion du comité.  

En mars 2010, le Conseil d’Administration (CA) de la FEFB, alerté du fait que les droits de la défense n’ont pas été respectés, charge à nouveau son organe régional et officiel, la Ligue du Hainaut, d’instruire le contentieux à charge et à décharge.

Le 17 avril 2010, la Ligue du Hainaut publie ses décisions et ses sanctions d’application immédiate, entre autres la réintégration de Willy Deschuyteneer comme membre et  président d’honneur dans le comité du Club Soignies-Echecs. L’appel n’est pas suspensif.

Pour se soustraire à ces sanctions plus que méritées, sans faire appel et sans consulter tous ses membres – une AGE est même refusée à 5 membres -, le comité auto-exclut le club de la Ligue du Hainaut le 10 mai 2010.

Le 19 juin 2010, le CA de la FEFB confirme le retrait avec effet rétroactif au 10 mai 2010 et déclare que les décisions et les sanctions de la Ligue du Hainaut ne s’appliquent plus au comité à partir de cette date. Attention, elles ne sont pas annulées. Elles seront d’application si le club demande de se rattacher à la Ligue du Hainaut. Le CA de la FEFB se déclare incompétent concernant ce contentieux qui relève du fonctionnement interne du club ou de la justice, mais il affilie quand même Willy Deschuyteneer à Lessines sur base d’appréciations subjectives (!) et non de faits établis. Ce n’est pas une exclusion, mais une simple séparation des adversaires. Concernant le titre de président d’honneur, décerné à vie pour services rendus, il ne prend pas position sur son retrait, donc il n’entérine pas le retrait.

Par la suite, le comité s’obstine à ne pas vouloir régler le contentieux en interne ou en justice. Il refuse tout dialogue avec son président d’honneur Willy Deschuyteneer. De plus en plus sectaire et dictatorial, il organise une AGE « bidon » le 17 juillet 2010 au cours de laquelle le quorum ne permet pas de modifier les statuts.

L’AG suivante du 4 septembre 2010 pourra, elle, de ce fait modifier les statuts, surtout ramener le quorum à 3 membres pour les réunions de comité, qui ne comporte plus que 4 membres. Les 10 membres, qui ont voté ces modifications, n’ont pas remarqué que ces statuts et le Règlement d’Ordre Intérieur, approuvés ce jour-là, représentent de véritables « petits livres rouges ». Le webmaster bloque l’accès au site du club à Willy Deschuyteneer et à ses sympathisants. Il refuse la participation de son président d’honneur à la Fête des Rois, au tournoi des 35 ans du club, etc.

Le nouveau président et secrétaire (ff) promet de reconstruire le club, qu’il a lui-même aidé à démolir en moins de deux ans. Malgré tous ses efforts, le nombre de joueurs, le samedi, oscille entre 6 et 10 participants. Il se plaint au CA de la FEFB le 13 novembre 2010, mais il sera débouté.   

Fin décembre 2010, le club aura perdu plus de 50% de ses membres en deux ans. La 5ème Fête des Rois ne compte que 32 participants, au lieu des 60 à 70 les années précédentes, à la grande colère du président qui a besoin d’un bouc émissaire. Il porte à nouveau plainte le 14 janvier 2011, exactement la même plainte que le 19 juin 2010 et sans avoir fait appel. Notez que, pour son autre demande d’examen de la validité de la réunion de la Commission des Réclamations de la Ligue du Hainaut du 6 mars 2010, il est débouté le 29 janvier 2011 par le CA de la FEFB  et le 5 mars 2011 par l’AG de la FEFB. 

A Soignies-Echecs, les opens internes se suivent et se ressemblent, sans suspense. Les jeux sont faits d’avance. Deux joueurs ont réussi à chasser toute concurrence et, par le mécanisme des points de présence et une nulle de salon entre eux,  remportent tous ces tournois sans péril et sans gloire. Ces piètres tournois n’attirent plus aucun joueur, certainement pas de la Ligue du Hainaut injuriée, rappelons-le, par le comité le 9 mai 2010. Seul l’open d’été, ramené à 9 rondes, avec 100 EUR de prix au premier attire encore l’un ou l’autre joueur extérieur.     

Le 11 juin 2011, le CA de la FEFB, qui s’était déclaré incompétent pour le contentieux « comité de Soignies-Echecs et consorts versus Willy Deschuyteneer et consorts » traite quand même les jérémiades du 14 janvier 2011 du président, plainte qu’il considère à tort recevable et partiellement fondée. Le CA de la FEFB ne relèvera aucun élément diffamant ou dénigrant sur le site personnel de Willy Deschuyteneer, juste une confusion qui entraînerait un préjudice grave, selon le CA. Chacun sait pourtant que le préjudice grave du club (perte d’affiliés, faible participation aux tournois, mali) est dû au retrait du club hors de la Ligue du Hainaut et à la mise à l’écart de son président d’honneur, le membre le plus sonégien des membres du comité, ce qui est évidemment néfaste pour le recrutement de nouveaux membres. Le CA de la FEFB, ne sachant prendre des sanctions, menace alors de deux sanctions … illégales, l’une à l’encontre de la liberté d’expression et l’autre à l’encontre de la législation et de la jurisprudence belges sur les noms de domaine.

Le 8 juillet 2011, Willy Deschuyteneer, respectant, lui, les procédures de recours, contrairement au comité du club, introduit une requête en appel à l’encontre de ces décisions, par l’intermédiaire d’un avocat. Aussitôt le CA de la FEFB, sachant que ses sanctions étaient juridiquement impossibles et abusives, fait machine arrière et décide unilatéralement de ne pas mettre cette requête en appel à l’ordre du jour de l’AG de la FEFB du 5 novembre 2011 et d’oublier les sanctions. La plainte du président est donc nulle et non avenue.     

Le 22 octobre 2011, le comité fait voter le changement de nom du club en l’Echiquier de la Haute Senne, non seulement afin que le nom du club soit le même que le nom de domaine du site du club, mais aussi pour faire oublier les 3 années de gestion désastreuse du club « Soignies-Echecs ».  Le comité parle alors de renouveau sonégien, reconnaissant ainsi qu’il y a eu déclin depuis 3 ans ½ qu’il gère le club.

Le 17 décembre 2011, le club doit déménager à l’Ecole communale « La Régence », Place Van Zeeland, 33,  la Direction du LPST n’ayant plus désiré voir le comité du club dans ses murs.  

Le 7 janvier 2012, la 6ème Fête des Rois n’attire que 26 joueurs, au lieu de 69 il y a à peine 3 ans. Même les membres du club boudent cette fête, puisqu’ils ne sont que 8 à y participer. Notez que le président refusait la participation de Willy Deschuyteneer et de ses nombreux sympathisants des cercles de Caïssa-Europe, de l’Echiquier lessinois et du VPTD de Grammont. Le 14 janvier 2012, la ronde 1 de l’open d’hiver se joue entre 10 participants.

Le renouveau se fait visiblement attendre. Le comité prétend promouvoir les échecs. Lapsus révélateur. Et oui, c’est bien de promotion des échecs qu’il s’agit, mais non de promotion du jeu d’échecs.  Le club essuie de plein fouet les conséquences du retrait de la Ligue du Hainaut.